Urban Decay nous enfume avec sa nouvelle palette

Note utilisateur:  / 0

On peut être fan tout en gardant la tête sur les épaules. La mienne est bien vissée sur mon cou et ce n'est pas cette énième Naked qui la fera bouger.

 

 

La Naked Smoky est la toute dernière palette d'Urban Decay. Sortie depuis un bon mois, elle n'est disponible au Canada que depuis deux semaines. Sephora a bien tenté de m'entoure-les-poules en prétextant un problème de zone géographique pour m'empêcher de l'acheter mais on ne m'a pas comme ça moi !

 

 

La palette contient 12 fards, on commence à y être habituée, un pinceau double embout et le boitier a encore été changé puisque celui-ci est entièrement en plastique et est transparent à l'intérieur. L'effet fumé est poussé jusqu'au bout et tu te dis qu'il n'y a pas que la palette qui a été fumée dans les bureaux...

 

 

Les fards vont de bien à mouaif. Certains sont très beaux, d'autres sont très décevants, l'estompage est souvent là, parfois pas et les fards sont en général très poudreux. C'est une palette pour laquelle je suis mitigée, sachant ce que j'avais dit à propos de la Vice 3, tu te dis qu'Urban Decay commence à sérieusement un peu trop se reposer sur ses acquis... Il y en a un qui ne va pas passer en année supérieure !

 

Comme d'habitude depuis 3 semaines (comment je tiens le rythme, un truc de foufou), voici la vidéo de présentation de la palette en vidéo, parce que 8 minutes d'avis ça passe mieux à entendre qu'à lire, et vous trouverez les photos des swatchs (faits avec un pinceau mouillé et accompagnés d'avis, on n'est pas des puputes ici) ainsi que de 3 maquillages que j'ai faits en associant la Naked Smoky à d'autres palettes.

 

 

Swatchs

 

 

Hightexture crème, poudreux (donc fait des paquets), une couche.

 

 

Dirty Sweet : texture crème, pas poudreux, une couche.

 

 

Radar : texture sèche, pas poudreux, deux couches.

 

 

Armor : texture sèche, pas poudreux, deux couches.

 

 

Slanted : texture crème, pas poudreux, deux couches.

 

 

Dagger : texture crème, poudreux, deux couches.

 

 

Black Market : texture crème, pas poudreux, une couche. Estompage difficile.

 

 

Smolder : texture crème, pas poudreux, deux couches. Estompage difficile.

 

 

Password : texture crème, poudreux, deux couches.

 

 

Whiskey : texture crème, poudreux, une couche.

 

 

Combust : texture crème, pas poudreux, deux couches.

 

 

Thirteen : texture crème, poudreux, deux couches.

  

 

Maquillages

 

 Smoky Corail

 

Galore de Kat Von D. en coin interne inférieur et supérieur. Placebo de Kat Von D. sur la paupière mobile et en ras de cil inférieur. Sonic de Urban Decay foncé par Dagger en coin externe inférieur et supérieur. Thirteen sur l'arcade. Think Pink de Wet N'Wild sur les lèvres avec un pastello en teinte Coccinella de Neve Cosmetics en countour des lèvres.

 

 

 

Remplacement du Think Pink par un Rock Idol en teinte 05 de Kiko.

 

Smoky Vert

Smolder et Dagger dans le creux de paupière. Smolder et Elderberry de Sigma dans le coin externe supérieur. Smolder dans le coin externe inférieur. Farrore's Wind de Shiro Cosmetics en coin interne et sur le ras de cil inférieur. Thirteen sur l'arcade. Think Pink de Wet N'Wild sur les lèvres avec un pastello en teinte Coccinella de Neve Cosmetics en countour des lèvres.

 

 

 

 

Smoky Rouge

Smolder estompé avec Corrupt dans le creux de paupière. Armor en ras de cil inférieur en coin externe et en coin interne. Hight sur le reste du ras de cil inférieur. Un rouge 'no name' sur la paupière mobile.Thirteen sur l'arcade. Matte Me en teinte Party Pink de Sleek sur les lèvres avec un pastello en teinte Aragosta de Neve Cosmetics en countour des lèvres.

 

 

 

Allez, on se revoit vendredi pour un tutoriel où j'utiliserai la palette Naked Smoky !

Commentaire (0) Clics: 37

Tutoriel nail cracrart avec la collection Sweet Bliss, Il Etait Un Vernis

Note utilisateur:  / 0

Je me sens comme le chat du voisin, assise entre deux chaises, essayant de paraître à l'aise Blaise alors que j'ai le cul totalement dans le vide. Je me suis faite chier à faire ce tutoriel, à le réaliser deux fois pour enfin réussir à cadrer la vidéo etc.. Ça n'est toujours pas parfait niveau cadrage, pour ça il va me falloir plus que deux essais MAIS merde, pourquoi n'ai-je pas vu pendant que je tournais (ouais, parce que mouah, tu vouah, je filme pas, je tourne, ouais) que je n'avais pas bien nettoyé mes ongles....

 

 

 

Je sais, je sais, vous les paillettes, vous n'avez rien demandé à personne, vous brillez pour notre plus grand plaisir mais j'ai un message pour vous :  VOUS ETES DES ANCULEY. Voilà, c'est dit.

 

 

Bref, si vous êtes prêtes à voir un tuto pas trop moche mais une manucure pas bien nettoyée sur les bords donc avec pleiiiiinnnsss de gentils (mon cul) reflets de paillettes tout autour de l'ongle, regardez cette vidéo (sinon on peut faire genre que je n'ai jamais posté cet article, on détourne les yeux et la prochaine fois on essayera de se parler sans penser à ce massacre de la cuticule).

 

 

À la prochaine !

 

Commentaire (1) Clics: 35

Scandale à Chambre-les-Bains, les coupables toujours en cavale !

Note utilisateur:  / 0

Revenons sur un tragique accident, survenu il y a quelques semaines, dans le petit village québécois de Chambre-les-Bains.

Nous sommes le vendredi 17 juillet, un jour comme les autres à Chambre-les-Bains. Ce que vous ne savez pas, c’est qu’il est en train de s’y passer l’acte le plus barbare qu’il soit. Un reportage signé Roger Rogers.

 

Les rues paisibles de Chambre-les-Bains.

 

 

« C’était un jour normal à Chambre-les-Bains, un jour comme les autres, enfin ça, c’est ce que les habitants ont voulu me faire croire.

J’étais arrivé pour le déjeuner et je me suis arrêté au bar du coin qui fait office de restaurant. J’y ai mangé un cassoulet bien de chez nous en discutant avec les habitués, accoudés au comptoir.

Après avoir sympathisé avec eux et bu quelques verres de l’alcool local, produit par le tenancier du bar (un gage de ma bonne foi), j’ai commencé à les questionner, gentiment.

« Fait beau hein ? »

« Ah ça ! L'temps est toujours clément ici ! Pis quand y pleut, ya toujours l'bar pour s'réfugier ! »

« Les rues sont lumineuses, propres, vous devez être fiers ! »

« Ouais, boaf, c’est des trucs de gonzesses ça ! »

« Ça doit être un sacré boulot de tout ranger et nettoyer comme ça. Vous vous faites aider ? »

C’est là que j’ai commencé à les sentir réticents à me répondre, plus froids, plus distants. J’avais mis le doigt sur quelque chose. Je savais que Chambre-les-Bains avait ses secrets, je n’en imaginais juste pas l’ampleur.

Je n’étais plus le bienvenu dans le bar alors je suis sorti et ai décidé de me balader, pour voir. Je sentais bien que l’on me regardait mais quand je tournais la tête je ne voyais que des rideaux bouger. On m’observait et on ne voulait pas que je le sache. On essayait en tout cas. Mais fort de mon expérience de journaliste aux stages multiples, j’ai fait comme si de rien n’était. J’ai continué à me balader dans les rues et à saluer chaque personne âgée que je croisais. Combien étaient en fait des espions là pour me surveiller ? Je ne le sais toujours pas, à l’heure actuelle.

Fermement décidé à semer ces espions, j’ai relevé le col de mon pardessus et mis mes lunettes moustaches. J’étais devenu incognito. J’ai continué à me balader en ville, m’enfonçant de plus en plus dans les petites ruelles, essayant de percer les secrets de Chambre-les-Bains…

J’ai su tout de suite que j’étais bien arrivé. L’instinct de journaliste me direz-vous. Le talent, vous répondrais-je, le talent. C’était une maison comme les autres, enfoncée dans une impasse, un petit portail en bois en protégeait l’entrée. Je bandai mes muscles et passai par-dessus celui-ci pour ensuite me diriger prestement vers la porte. Je sentais quelque chose de louche, les animaux s’étaient tus.

Je poussai la porte dans un grincement terrible, hhiiiiiiiiinnnnnnnnnnn, et fis deux pas dans l’unique pièce avant de le voir. Je pense que mon cerveau a mis du temps à comprendre la situation, c’était trop pour lui, c’était trop pour moi…

Un panier à linge m’attendait, étalé sur le sol, ligoté, la bouche débordant de linge, il pleurait silencieusement en me regardant. Je crois n’avoir jamais vu autant d’espoir dans les yeux de quelqu’un. Je me suis empressé de le délivrer de ces liens et ces vêtements. Si je vous racontais ce que j’ai pu voir… Des culottes sales d’une semaine… Des chaussettes trouées… Un t-shirt blanc avec une tâche de café !! Rien que d’écrire ces mots, j’en ai les bras qui tremblent, jamais de ma longue carrière de stagiaire en journalisme, je n’avais vu pareille horreur.

Je n’ai pas appelé la police, je savais qu’elle ne viendrait pas, je savais qu’ils étaient tous dans le coup. Il fallait que je me dépêche avant qu’ils ne me découvrent ! J’ai lancé la lessive à 30°C puis je suis parti. Le panier à linge s’était enfui dès que je l’avais libéré, comme je le comprends. En passant devant les maisons, je ne cessais d’imaginer combien d’autres paniers vivaient peut-être la même horreur, étouffés derrière les murs de ces maisons qui me paraissaient glauques tout à coup…

Je n’ai jamais retrouvé la propriétaire de la maison, une certaine Fluffy mais je ne lâcherai pas mon enquête, c’est mon devoir de journaliste, c’est mon devoir envers tous les paniers à linge….

C’était Roger Rogers pour Canapé TV International, merci.

 

Commentaire (0) Clics: 69

Il Etait Un Vernis, puis deux, puis… La collection complète « Sweet Bliss »

Note utilisateur:  / 0

Chuis sûre qu'on ne leur a jamais fait celle-là !

 

Prenez un chocolat parce que ça va durer un moment ou alors regardez la vidéo qui suit  (feignasses) !

 

Saviez-vous que j’aimais les vernis ?

Pas aimer genre j’achète un vernis par-ci par-là en passant dans un magasin. Non, non, aimer genre j’ai presque 350 vernis et je ne vais clairement pas m’arrêter là (so sorry mon Loup).

Mais j’ai quand même atteint une certaine sagesse (lolilol) en termes d’achat, j’évite dorénavant de m’éparpiller pour ne pas avoir de doublons. Je suis donc fidèle à quelques marques (mais bon, nous ne sommes jamais à l’abri d’un petit dérapage, n’est-ce pas ?) dont j’achète tous les vernis ou presque (pas les che-mo quoi) (si si, c’est ble-si-po) (référence, référence).

Parmi mes marques fétiches se trouve Il Etait Un Vernis. Pour les canadiennes : leur e-boutique livre au Canada pour environ 10€ (13$ CAD) et on reçoit le colis en une semaine. Depuis que cette marque s’est lancée, je n’ai loupé aucune collection à l’exception des soins puisque, les frais de ports étant un poil reuch quand même, j’évite d’acheter des basiques que je peux avoir ailleurs (rai-so-nna-bi-li-té, le mot de cette année 2015)(dixit la meuf qui a fait une commande de 200$ CAD de vernis il y a quelques semaines….) (à ma décharge, ça faisait un moment que je n’en avais pas acheté).

Il Etait Un Vernis est une marque française qui a été lancée en 2014 par deux blogueuses :  et Stéphanie. Clairement, le fait que ce soient des vernis faits par et pour des nailistas m’assuraient dès le départ de ne pas être déçue. 3 collections plus tard, je ne le suis toujours pas et j’espère que ça ne va pas s’arrêter là ! (Tu la sens la menace là ou bien ?)

Texture au top (on peut s’en mettre en équilibre sur le genou sans déborder, véridique), couleurs originales, se dissolvent très rapidement pour des vernis irisés (même en 3 couches) et tiennent relativement bien : avec deux couches et un top coat j’en ai pour 5 bons jours (soit dit en passant, ils tiennent bien aussi les mauvais jours !) (L-O-L).

Seul bémol, n'exagérons pas demi-bémol, seul mol donc, dans l’ensemble de leur vernis actuels, aucun crème et j’adoooore les crèmes donc je suis un peu frustrée de ce côté-là mais je me dis qu’elles vont forcément y venir un jour,  peut-être, message subliminal, je vous aime, tout ça.

Brwef, aujourd’hui je vous présente la dernière collection de la marque : Sweet Bliss. Livrée avec un pochon trop choupinou (je vais être maman donc toute cucuterie m’est pardonnée, okay ?), elle se compose de 5 vernis aux couleurs acidulées.

 

 

Info qui ne vous sert à rien ou pas

J'ai failli craquer pour la collection été de la marque Cirque Color, une autre de mes marques (genre, à meuwa tu vois) mais j'ai trouvé que ça allait faire doublon, que les couleurs étaient moins intéressantes et puis l'holographique... Ce n'est vraiment pas ma tasse de thé ! (Dixit la meuf qui a sorti dans une boutique de thé « Nan mais moi, je ne bois pas d'eau chaude », tu vois l'genre...) Donc, si je devais vous conseiller UNE collection, The first one, pour cet été : foncez sur Sweet Bliss.

Fin de l'info qui ne vous sert à rien ou pas

 

 

Matcha Doing Today ?.

 

My Favorite Popsicle.

 

Pleased To Sweet You.

 

Mint To Be Yours.

 

Under The Pink.

 

 

Swatchs

 

 

 

 

Voilà pour le swatch bête et méchant. Si vous êtes déjà saoulées, je vous laisse partir sinon vous pouvez rester pour voir non pas un ni même deux mais… Trois nail arts que j’ai réalisé avec ces couleurs ! Trois ! Grosse promo pour les soldes chez Fluffy !

 

 

 

 

 

 

 

 

Clique moi ou 7 de tes proches vont mourir dans la semaine (si si) !

Commentaire (3) Clics: 100

Tutoriel maquillage légendaire avec Shiro Cosmetics

Note utilisateur:  / 0

 

Voici venu, 

Le temps,

Des tutoriels chantants !

Après la présentation de la collection « The Legends » de la marque Shiro Cosmetics je reviens avec un tutoriel maquillage pour vous montrer plus en détail ce qu'elle a dans le bide ! Je sentais bien que vous trépigniez sur vos chaises de bureau, frustrées de n’avoir qu’un simple aperçu du potentiel énorme de cette collection !

Je pense honnêtement que je ne pourrais pas facilement me lasser de ces petits pots. Déjà, j’ai beaucoup trop de fards dans d’autres collections pour n’utiliser qu’eux au quotidien, ensuite je ne me maquillage pas au quotidien (bouh pas bien !) et enfin, il y a vraiment trop de combinaisons possibles avec 20 fards !

J’ai préféré ne pas vous refaire le corail que je vous avais présenté dans l’article de lundi et vous en faire un tout nouveau rien que pour vous ! Mais si vous le souhaitez, je peux aussi vous filmer le corail, à vous de faire entendre votre voix.

Bon visionnage et à lundi pour une nouvelle vidéo !!!

 

 

 

 

 

 

 

Commentaire (0) Clics: 67